MEDIF à la radio

Le 26 mars dernier, nous fêtions le bicentenaire de la pionnière Julie-Victoire Daubié (1824-1874), première bachelière en France en 1861, et, première licenciée de lettres en 1871. A cette occasion, Amélie Puche, post-doctorante et responsable de recherche au sein du projet FNS MEDIF, s’est exprimée à l’antenne de la RCF. 

Existant depuis une cinquantaine d’années à cette époque, le baccalauréat moderne est destiné à une population masculine privilégiée. Cet enseignement, basé sur le latin et le grec, a pour objectif de former des hommes capables de raisonner. Quant aux filles, dont l’éducation est limitée au niveau primaire, elles sont scolarisées par les religieuses et apprennent avant tout à devenir de bonnes chrétiennes. D’ailleurs, c’est en 1880 que le secondaire pour les filles sera créé. Pourtant, Julie-Victoire Daubié est déjà persuadée que l’éducation des filles est une condition nécessaire pour leur émancipation. Elle affirme que les femmes ne sont pas intellectuellement inférieures par nature ; c’est parce qu’elles n’ont pas accès à l’éducation « qu’elles sont infériorisées ».

Portrait de Julie-Victoire Daubié, 1861. Photo de Pierre Petit conservée à la bibliothèque Marguerite Durand, Paris.

Julie-Victoire Daubié a cependant réussi à surpasser les obstacles institutionnels, en obtenant le « premier prix du concours de l’Académie des belles-lettres de Lyon », en 1859, pour son essai « La Femme pauvre au XIXe siècle ». Grâce à ce premier prix, elle attire la curiosité et obtient une certaine renommée qui, à son tour, a été un moteur pour son inscription au baccalauréat. Bien que diplômée depuis 1861, elle ne compte pas s’en arrêter là. Le baccalauréat était en effet juste une étape pour atteindre le véritable objectif de Julie-Victoire Daubié, c’est-à-dire l’ouverture des Universités pour les femmes et surtout le droit d’assister aux cours, en visant particulièrement la Sorbonne. Licenciée en 1871, il faudra attendre l’année suivante pour qu’une pétition prônant l’ouverture des amphithéâtres pour les femmes soient acceptées au sein de la Sorbonne.

Malgré cela, le secondaire féminin est créé seulement en 1880 et a pour but, avant tout, de façonner « des épouses et des futures mères de républicains », comme le souligne Amélie Puche, et le latin et le grec, si important pour devenir un homme de raison, n’est pas enseigné aux filles. C’est seulement en 1924 que filles et garçons ont commencé à suivre les mêmes programmes, un siècle après la naissance de la première bachelière. Et, cent ans plus tard, MEDIF s’efforce de mettre en lumière ces figures de femmes de sciences pionnières, encore peu reconnues jusqu’à aujourd’hui. 

Savoirs produits par les femmes : une première communication pour MEDIF

Les 20 et 21 juin 2024 l’équipe MEDIF au grand complet participe au colloque “Penser, définir, classifier les révolté·es : production et circulation de savoirs autour de révoltes réprimées au XIXe siècle.”

Lors de cette journée, nous présentons, accompagnés de notre collègue Ali Alrifae, un panel intitulé “Savoirs produits par les femmes : entre révoltes, négociations et compromis. L’exemple de la médecine en France et en Suisse dans la seconde moitié du XIXe siècle.”

4 communications sont prévues, modérées par Aude Fauvel et Rémy Amouroux. Amélie Puche présente “S’imposer comme étudiante de médecine puis médecin en France (1866-1914)“. Mikhaël Moreau prend la suite directe de cette intervention pour mentionner “Le « féminisme médical » en Suisse selon les femmes et… les hommes (1867-1914)“. Alix Vogel dresse ensuite le portrait tout en nuance de “Marthe Francillon-Lobre (1873-1956) : contributions et stratégies d’une « pionnière conservatrice »“. Ali Arifae change d’aire géographique pour étudier “S’organiser face à la réglementation inégalitaire des professions médicales et à la politique colonialiste : le cas des soignantes en Syrie et au Liban, des années 1860 au mandat français (1920)“.

MEDIF rend visite à Marguerite Durand

Plusieurs partenariats se nouent autour du projet MEDIF, dont une avec la bibliothèque Marguerite Durand, bibliothèque consacrée à l’histoire des femmes, du féminisme et du genre à Paris : https://www.paris.fr/lieux/bibliotheque-marguerite-durand-bmd-1756 Cette dernière pourrait ainsi accueillir de futurs projets de médiation liés à MEDIF. Rémy Amouroux, Aude Fauvel et Amélie Puche, après une première prise de contact, ce sont rendus sur place pour échanger sur les différentes coopérations possibles et commencer à dépouiller les importants fonds de la bibliothèque.

C’est après la création de son journal, La Fronde, en 1897, premier journal entièrement dirigé, rédigé et imprimé par des femmes, que Marguerite Durand ouvre une bibliothèque à l’usage de ses collaboratrices. Elles constituent des dossiers (thématiques comme biographiques) et font appels aux dons pour réunir une importante documentation sur l’histoire des femmes. Bien que la publication du journal s’arrête en 1905, la bibliothèque perdure et constitue le premier Office de documentation féministe français, géré par Marguerite Durand jusqu’à sa mort. Cette dernière, soucieuse de voir son œuvre perdurer, en fait don à la ville de Paris, de son vivant. Le leg est accepté en 1931 et une première bibliothèque ouvre place du Panthéon, déménagée en 1989 sur son emplacement actuel. Depuis, les fonds ne cessent de s’enrichir et constituent une source riche et précieuse pour l’historien.

Continuer la lecture de « MEDIF rend visite à Marguerite Durand »

MEDIF In vivo

Décembre 2023, le magazine du CHUV, In vivo, présente le projet MEDIF dans ses pages.

Après avoir présenter les grands enjeux du projet, aussi bien en terme d’élaboration du projet de médecine féminine porté collectivement par les premières femmes médecins, qu’en terme de diffusion de ce projet, notamment par le biais des manuels de santé; Amélie Puche revient sur la question de l’invisibilisation de ces femmes et de leur projet, invisibilisation à laquelle MEDIF tente de remédier en partie, principalement en mettant au jour les mécanismes de ce phénomène.

Enfin, une présentation de l’équipe et de ses partenaires est produite.

 

Ce que MEDIF doit aux recherches antérieures

Dans cet article, il ne s’agit pas de citer tous les chercheurs et tous les ouvrages qui ont amené à l’élaboration du projet MEDIF, la bibliographie étant déjà volumineuse. Non, cet article vise à remercier et mettre en avant les chercheuses et chercheurs ayant discuté avec les membres de l’équipe, ayant partagé leurs travaux avec nous, en bref, ayant apporté une pierre au projet MEDIF.

Couverture du numéro spécial de la Revue d’Histoire des sciences humaines accueillant l’article de Lucie Begert, Izel Demirbas et Aude Fauvel.

Lucie Begert et Izel Demirbas ont travaillé avec Aude Fauvel sur le groupe des étudiantes en médecine sur le territoire suisse ainsi que sur la cohorte des femmes-médecins pratiquant sur ce même territoire jusqu’en 1914. Elles ont produit des statistiques du phénomène de féminisation des facultés de médecine en Suisse entre 1867 et 1939, avant de suivre les parcours de certaines diplômées cherchant à s’installer en tant que praticiennes dans l’espace helvétique. Ainsi les obstacles rencontrés par ces femmes et les moyens de contournement mis en place pour poursuivre leur carrière ont pu être mis au jour. Les résultats de ces travaux ont été publiés dans deux articles en 2019 et 2021 ( Begert, L., Demirbas, I., Fauvel, A., « Terre promise ou terre interdite ? : La Suisse : l’eldorado ambigu des premières femmes médecins, 1867-1939 », Revue d’histoire des sciences humaines, 35, p. 59-96 : https://journals.openedition.org/rhsh/4076 ainsi que, Fauvel, A., Begert, L., Demirbas, I., « Quand la Suisse était «féministe» : une petite histoire de la féminisation de la médecine à la Belle Époque », Revue médicale suisse, 7/7442, p. 1246–1249 : https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2021/revue-medicale-suisse-744-2/quand-la-suisse-etait-feministe-une-petite-histoire-de-la-feminisation-de-la-medecine-a-la-belle-epoque)

Continuer la lecture de « Ce que MEDIF doit aux recherches antérieures »

MEDIF et Queer Attitudes rhabillent les femmes médecins

Queer Attitudes : images subversives et persistance des codes de la binarité féminine/masculine XXe-XXIe siècles est un projet de recherche porté par Elisabeth Fischer (HEAD Genève) et Magali Le Mens (Université Rennes 2) et mené au sein du centre Maurice Chalumeau en sciences des sexualités (CMCSS) à Genève. Ce projet étudie des images et allures qui subvertissent la binarité des genres, principalement dans les domaines de l’art et de la mode, depuis le XIXe siècle. https://www.unige.ch/cmcss/recherche/recherches/queer-attitudes

Or, les premières étudiantes en médecine et les premières femmes médecins, par le simple fait de sortir de la sphère privé pour l’univers très public – et très masculin – de la faculté et de la profession médicale, brouillent la frontière des sexes. De plus, la réussite dans les études de ces femmes pose la question de la nature de leur cerveau. Au XIXe siècle, il est considéré que seuls les cerveaux masculins abriteraient l’intelligence nécessaire à la compréhension de la science, donc à l’obtention des diplômes universitaires. Ainsi, une femme décrochant un doctorat de médecine devient, dans nombre de discours du temps, un être hybride entre l’homme et la femme, a minima une femme avec un cerveau d’homme, c’est-à-dire un troisième sexe.

Continuer la lecture de « MEDIF et Queer Attitudes rhabillent les femmes médecins »

Présentation de MEDIF lors de la première édition de la “journée des histoires”

L’atelier des histoires organisait, le 10 octobre 2023, la première édition de la “Journée des histoires”. Lors de cet évènement, une exposition de posters présentant les différents projets des historiens invités était organisée. Ainsi, un panneau présentant MEDIF, ainsi que d’autres projets de l’Institut des humanités en médecine (IHM) croisant les approches de la santé et du genre a été exposé.

Cette exposition, accueillie par les locaux de l’UNIL, a attiré une cinquantaine de personnes. Amélie Puche, Aude Fauvel et Rémy Amouroux ont pu apporter quelques explications sur MEDIF aux personnes curieuses d’en apprendre davantage sur le projet de “médecine féminine” porté par les premières femmes-médecins entre la France et la Suisse, sur une période comprise entre 1870 et 1940. Ce contact avec le public a permis de mesurer l’intérêt que suscite MEDIF auprès des historiens, des étudiants, mais aussi des quelques curieux qui s’étaient aventurés là. Une expérience des plus enrichissantes.

24 heures avec MEDIF

Le 11 septembre 2023 le quotidien vaudois “24 heures” part “À la rencontre des femmes médecins, pionnières puis évincées”. Le journaliste, Romaric Haddou, précise ensuite dans un sous-titre : “Des chercheurs démarrent un travail historique autour des femmes médecins, que la Suisse était presque seule à former, il y a cent ans, avant de les écarter.” https://www.24heures.ch/projet-de-recherche-au-chuv-a-la-rencontre-des-femmes-medecins-pionnieres-puis-evincees-721931015809

Dans un entretien avec Aude Fauvel, le journaliste revient sur l’avance présentée par la France et la Suisse en terme d’accès et de formation à la médecine pour les femmes. Des femmes souvent mobiles, traversant les frontières et se formant en fonction des opportunités offertes par chacun des pays. Cette mobilité dans les études est un moyen efficace pour former des réseaux, toujours actifs lors de l’entrée dans la carrière.

Les femmes médecins se pensent beaucoup en collectif, et c’est ainsi qu’elles développent un projet, celui de “médecine féminine”. Il s’agit là du cœur de MEDIF : comprendre et revisibiliser ce qu’était ce projet.

Le projet MEDIF relayé par le magazine Competence

Le 4 septembre 2023, le magazine des collaborateurs des hôpitaux, cliniques et institutions de soins en Suisse annonce le démarrage du projet MEDIF. https://competence.ch/fr/femmes-medecins-pionnieres-projet-de-recherche-finance-par-le-fns/

Titré, “Femmes médecins pionnières : projet de recherche financé par le FNS”, l’article expose tout d’abord les problématiques du projet, son financement et ses collaborateurs. Ensuite, il est souligné que la Suisse et la France sont des pays pionniers dans la formation médicale des femmes, expliquant les réseaux privilégiés créés, dès les années d’étude, par les étudiantes. L’article revient sur l’exemple de l’ophtalmologie, comme discipline médicale dans laquelle les femmes se sont révélées pionnières à la fin du XIXe siècle et au début du suivant, soulignant pourtant l’oubli/l’effacement de leur rôle, aussi bien auprès du grand public qu’au sein même de la discipline.

Enfin, l’article conclu sur la production d’une base de données à l’issue du projet MEDIF, utile aussi bien aux futurs chercheurs, qu’à rendre visibles de nouveau un certain nombre de pionnières.

MEDIF dans Femina

Le 1er septembre, jour de début du projet MEDIF, sort dans le magazine suisse Femina, un entretien de Aude Fauvel à la journaliste Fabienne Rosset. https://www.femina.ch/societe/actu-societe/la-dre-aude-fauvel-oeuvre-a-visibiliser-le-role-des-femmes-medecins

La journaliste titre : ” La Dre Aude Fauvel œuvre à visibiliser le rôle des femmes médecins : l’historienne de la médecine à l’Institut des humanités en médecine CHUV-UNIL lance un projet de recherche pour mettre en lumière les parcours oubliés de femmes médecins en Suisse. Inspirant.

Les questions portent aussi bien sur les femmes à l’université, que les médecins aujourd’hui ou encore sur l’invisibilisation du rôle des femmes en médecine et les archives permettant de leur rendre hommage. Tout cela constitue une ébauche du programme “débouchés : engagements publics de MEDIF”.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search