MEDIF et Queer Attitudes rhabillent les femmes médecins

Queer Attitudes : images subversives et persistance des codes de la binarité féminine/masculine XXe-XXIe siècles est un projet de recherche porté par Elisabeth Fischer (HEAD Genève) et Magali Le Mens (Université Rennes 2) et mené au sein du centre Maurice Chalumeau en sciences des sexualités (CMCSS) à Genève. Ce projet étudie des images et allures qui subvertissent la binarité des genres, principalement dans les domaines de l’art et de la mode, depuis le XIXe siècle. https://www.unige.ch/cmcss/recherche/recherches/queer-attitudes

Or, les premières étudiantes en médecine et les premières femmes médecins, par le simple fait de sortir de la sphère privé pour l’univers très public – et très masculin – de la faculté et de la profession médicale, brouillent la frontière des sexes. De plus, la réussite dans les études de ces femmes pose la question de la nature de leur cerveau. Au XIXe siècle, il est considéré que seuls les cerveaux masculins abriteraient l’intelligence nécessaire à la compréhension de la science, donc à l’obtention des diplômes universitaires. Ainsi, une femme décrochant un doctorat de médecine devient, dans nombre de discours du temps, un être hybride entre l’homme et la femme, a minima une femme avec un cerveau d’homme, c’est-à-dire un troisième sexe.

 

Phototypie, Nancy, A. Bergeret & Cie , c. 1900
Source : Bibliothèque interuniversitaire de Santé (Paris)

 

Comme l’illustre cette carte postale datée de 1901, cette hybridation supposée se matérialise dans le costume, les premières femmes médecins étant souvent représentées travesties, portant l’habit masculin et adoptant les comportements des hommes. Ici, Les traits du visage sont fins et les cheveux encore longs, ramenés en un chignon lâche, presque négligé, signalant déjà la perte de coquetterie, pensée comme naturelle aux femmes. Le nez est chaussé de bésicles, accessoire réservé aux hommes ou aux personnes âgées car considérées comme disgracieuses. La tête est coiffée d’un chapeau haut de forme, un chapeau d’homme. L’habit porté, bien que se terminant probablement par une jupe comme l’indique l’arrondi du vêtement à partir de la taille, se compose d’une veste noire sur une chemise blanche surmontée d’un nœud papillon. Ce dernier élément est réservé au costume masculin, tout comme la chemise à col cassé. La couleur noire est également masculine, puisque moins salissante elle convient à l’activité, à la libre circulation dans les rues, au monde du travail. Les femmes sont inversement incitées à se vêtir de couleurs claires, inadaptées à la boue et à la poussière des trottoirs, mais convenant à la propreté des parquets cirés et des moelleux tapis des foyers. Finalement, seul le plissé des manches de la veste rappel le sexe de la personne qui porte ce vêtement.

L’attitude de la femme médecin révèle également sa masculinisation. Elle est distante du patient dont elle prend le pouls (dont nous ne voyons que la main, renforçant cette impression). Elle est hautaine également, en se tenant au-dessus de lui. Ces deux adjectifs sont à rebours de ceux utilisés pour décrire la féminité au XIXe siècle. Il est attendu des femmes qu’elles soient douces, chaleureuses, affectueuses, aimantes, maternelles, etc. Les représentations de femmes soignantes (généralement une mère avec son enfant ou une infirmière avec un patient) montrent, à l’inverse de celle-ci, des silhouettes penchées sur le lit du malade, une main se posant sur son front, donc des corps rapprochés.

Cette carte postale fait partie d’une série titrée « les femmes de l’avenir ». Elles sont révélatrices des inquiétudes que soulèvent l’arrivée des femmes dans des professions qui leur étaient jusqu’ici fermées. Entre autres questionnements : ces femmes indépendantes continueront-elles à fonder un foyer et faire des enfants ? En sont-elles encore capables après la virilisation qu’elles ont subie ? Ainsi, l’étude des premières femmes médecins croise les centres d’intérêts de Queers Attitudes. Une collaboration s’est nouée entre les deux projets. Un atelier s’est tenu les 11 et 12 décembre 2023, au sein du centre Chalumeau, afin de réfléchir à un ouvrage sur la subversion des genres et le costume. Aude Fauvel, Rémy Amouroux et Amélie Puche avaient été conviés afin d’apporter leur expertise sur le cas des femmes dans les professions libérales au tournant du XIXe et du XXe siècle, et notamment au sein des professions médicales.

Références :

Marylène Delbourg-Delphis, Le chic et le look, Histoire de la mode féminine et des mœurs de 1850 à nos jours, Paris, Hachette, 1985.

Laure Murat, La loi du genre : une histoire culturelle du « troisième sexe », Paris, Fayard, 2006.

Amélie Puche, Les femmes à la conquête de l’université (1870-1940), Paris, L’Harmattan, coll. « Prix scientifique », 2022.

 

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Amélie Puche (19 janvier 2024). MEDIF et Queer Attitudes rhabillent les femmes médecins. MEDIF. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://medif.hypotheses.org/472


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search