Ce que MEDIF doit aux recherches antérieures

Dans cet article, il ne s’agit pas de citer tous les chercheurs et tous les ouvrages qui ont amené à l’élaboration du projet MEDIF, la bibliographie étant déjà volumineuse. Non, cet article vise à remercier et mettre en avant les chercheuses et chercheurs ayant discuté avec les membres de l’équipe, ayant partagé leurs travaux avec nous, en bref, ayant apporté une pierre au projet MEDIF.

Couverture du numéro spécial de la Revue d’Histoire des sciences humaines accueillant l’article de Lucie Begert, Izel Demirbas et Aude Fauvel.

Lucie Begert et Izel Demirbas ont travaillé avec Aude Fauvel sur le groupe des étudiantes en médecine sur le territoire suisse ainsi que sur la cohorte des femmes-médecins pratiquant sur ce même territoire jusqu’en 1914. Elles ont produit des statistiques du phénomène de féminisation des facultés de médecine en Suisse entre 1867 et 1939, avant de suivre les parcours de certaines diplômées cherchant à s’installer en tant que praticiennes dans l’espace helvétique. Ainsi les obstacles rencontrés par ces femmes et les moyens de contournement mis en place pour poursuivre leur carrière ont pu être mis au jour. Les résultats de ces travaux ont été publiés dans deux articles en 2019 et 2021 ( Begert, L., Demirbas, I., Fauvel, A., « Terre promise ou terre interdite ? : La Suisse : l’eldorado ambigu des premières femmes médecins, 1867-1939 », Revue d’histoire des sciences humaines, 35, p. 59-96 : https://journals.openedition.org/rhsh/4076 ainsi que, Fauvel, A., Begert, L., Demirbas, I., « Quand la Suisse était «féministe» : une petite histoire de la féminisation de la médecine à la Belle Époque », Revue médicale suisse, 7/7442, p. 1246–1249 : https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2021/revue-medicale-suisse-744-2/quand-la-suisse-etait-feministe-une-petite-histoire-de-la-feminisation-de-la-medecine-a-la-belle-epoque)

Concernant la Suisse, une des pionnières de l’histoire des étudiantes, notamment en médecine, est Natalia Tikhonov Sigrist. Cette dernière a soutenu en 2004, une thèse portant sur les étudiantes russes dans les universités suisses entre 1864 et 1920 (Tikhonov, N., 2004a, La quête du savoir : étudiantes de l’Empire russe dans les universités suisses (1864-1920), Paris/Genève, Thèse de doctorat en histoire, Ehess/Université de Genève.) Ces étudiantes sont, pour une majorité écrasante d’entre-elles, inscrites dans les facultés de médecine. Ainsi, en plus d’une étude quantitative, ce travail révèle les difficultés d’intégration de ces femmes, leur vie dans un pays étranger et leurs engagements.

Livre d’Amélie Puche, Les femmes à la conquête de l’université (1870-1940), Paris, L’Harmattan, 2022.

Pour ce qui est du cas français, MEDIF est redevable des travaux d’Amélie Puche (voir sa présentation dans l’onglet “l’équipe” du présent carnet). Cette dernière a reçu l’aide et les encouragements de plusieurs chercheurs. Pour se limiter à la question des femmes en médecine, un des premiers chercheurs a s’être intéressé aux étudiantes de médecine, Pierre Moulinier, lui avait donné de nombreux conseils. Il est à l’origine de la base de données des étudiants étrangers et des femmes reçus docteurs en médecine à Paris entre 1807 et 1907 (https://www.biusante.parisdescartes.fr/histoire/biographies/presentation-fichier-moulinier.php), abrité par le site de la bibliothèque de médecine de Paris, ainsi que d’articles sur la question ( « Les premières doctoresses de la Faculté de médecine de Paris (1870-1900), des étrangères à plus d’un titre », dans Image et représentation du genre en migration : mondes atlantiques XIXe-XXe siècle (colloque en ligne), Paris, Publibook, 2007 : http://barthes.enssib.fr/clio/dos/genre/com/Moulinierprem.pdf.) Elle avait également reçu l’aide et les conseils de Natalie Pigeard-Micault, ayant produit plusieurs travaux sur les femmes-médecins en France ( par exemple, « ‘Nature féminine’ et doctoresses (1868-1930) », Histoire, médecine et santé, 3, 2013, p. 83-100 : https://journals.openedition.org/hms/507.)

 

Marie Bonaparte, entre biologie et freudisme, Rennes, PUR, 2012.

Bien sûr, MEDIF s’est nourri également des travaux de Rémy Amouroux concernant Marie Bonaparte (Voir la présentation de ce dernier dans l’onglet “l’équipe” du présent carnet).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Amélie Puche (24 janvier 2024). Ce que MEDIF doit aux recherches antérieures. MEDIF. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://medif.hypotheses.org/523


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search