MEDIF rend visite à Marguerite Durand

Plusieurs partenariats se nouent autour du projet MEDIF, dont une avec la bibliothèque Marguerite Durand, bibliothèque consacrée à l’histoire des femmes, du féminisme et du genre à Paris : https://www.paris.fr/lieux/bibliotheque-marguerite-durand-bmd-1756 Cette dernière pourrait ainsi accueillir de futurs projets de médiation liés à MEDIF. Rémy Amouroux, Aude Fauvel et Amélie Puche, après une première prise de contact, ce sont rendus sur place pour échanger sur les différentes coopérations possibles et commencer à dépouiller les importants fonds de la bibliothèque.

C’est après la création de son journal, La Fronde, en 1897, premier journal entièrement dirigé, rédigé et imprimé par des femmes, que Marguerite Durand ouvre une bibliothèque à l’usage de ses collaboratrices. Elles constituent des dossiers (thématiques comme biographiques) et font appels aux dons pour réunir une importante documentation sur l’histoire des femmes. Bien que la publication du journal s’arrête en 1905, la bibliothèque perdure et constitue le premier Office de documentation féministe français, géré par Marguerite Durand jusqu’à sa mort. Cette dernière, soucieuse de voir son œuvre perdurer, en fait don à la ville de Paris, de son vivant. Le leg est accepté en 1931 et une première bibliothèque ouvre place du Panthéon, déménagée en 1989 sur son emplacement actuel. Depuis, les fonds ne cessent de s’enrichir et constituent une source riche et précieuse pour l’historien.

Jules Cayron (1868-1940). “Portrait de Marguerite Durand (1864-1936), journaliste féministe”. Huile sur toile. 1897. Paris, Bibliothèque Marguerite Durand. Dimensions: 171 x 140 cm

Mais qui est donc la femme à l’origine de cette bibliothèque ? Marguerite Durand (1864-1936) commence sa carrière comme comédienne à la Comédie-Française. En 1888 elle quitte les planches et épouse Georges Laguerre auprès de qui elle découvre le journalisme en écrivant des articles dans le journal que ce dernier dirige. Rapidement, elle quitte son mari (dont elle divorce en 1895) et travaille pour le Figaro dont elle crée la rubrique « courrier ». En 1896, le journal l’envoie couvrir le Congrès féministe international qui se tient à Paris afin qu’elle en fasse une critique acerbe. Mais Marguerite Durand est convaincue par le bien fondé des discours entendus. Elle refuse d’écrire l’article demandé, quitte le Figaro et fonde une arme de combat à la cause des femmes : La Fronde.

Entre 1897 et 1905, en plus de s’intéresser à tous les sujets couverts par les autres quotidiens (politique, économie, etc.), La Fronde apporte publicité et soutien à tous les combats et toutes les avancées féminines : les réussites universitaires des femmes, le combat pour le Barreau de Jeanne Chauvin, celui de Madeleine Pelletier pour l’inscription au concours de l’internat des asiles, etc. Il existe donc une riche documentation sur une grande variété de sujets, dont la médecine féminine et les femmes médecins. Rémy, Aude et Amélie ont donc pu dépouiller une grande variété de sources : photographies, correspondances, articles de presse, délibérations de séances d’associations de femmes travaillant dans les professions libérales, etc.

Référence : Élisabeth Coquart, La Frondeuse : Marguerite Durand, patronne de presse et féministe, Paris, Payot & Rivages, 2010.

Pour en apprendre plus sur la BMD et ses différentes missions, il est utile d’aller lire le  carnet hypothèses de la bibliothèque : https://bmd.hypotheses.org/leffet-marguerite


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Amélie Puche (4 mars 2024). MEDIF rend visite à Marguerite Durand. MEDIF. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://medif.hypotheses.org/594


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search