MEDIF et la Belle Époque du féminisme médical suisse

Aude Fauvel s’est exprimée dans le podcast de la FBM, La FBM dans les oreilles, en se posant cette question : “Que reste-t-il de la Belle Époque du féminisme médical suisse?”

Ce moment très particulier de la fin du XIXe siècle, moment d’ouverture et de recomposition de la société, a effectivement permis à un certain nombre de femmes de se diriger vers les diplômes médicaux et d’occuper ensuite des postes qui leurs étaient inaccessibles avant.

Néanmoins, le Premier conflit mondial met fin à cette période presque euphorique pour les femmes. Les injonctions à un retour vers des rôles traditionnels des sexes renvoient les femmes au foyer et contraignent les carrières féminines. En outre, la déflagration de 1914 est pensée comme étant le résultat de la dégénérescence de la société à la Belle Époque. On tente alors d’effacer cette époque de l’histoire. La mémoire des premières femmes médecins, qui représentent la modernité de l’avant première Guerre Mondiale, en fait alors les frais.

Mais si cela est vrai pour les pays belligérants, qui ce sont crus ce devoir d’oubli pour leurs soldats revenant du front, qu’en est-il de la Suisse ?

MEDIF à la radio

Le 26 mars dernier, nous fêtions le bicentenaire de la pionnière Julie-Victoire Daubié (1824-1874), première bachelière en France en 1861, et, première licenciée de lettres en 1871. A cette occasion, Amélie Puche, post-doctorante et responsable de recherche au sein du projet FNS MEDIF, s’est exprimée à l’antenne de la RCF. 

Existant depuis une cinquantaine d’années à cette époque, le baccalauréat moderne est destiné à une population masculine privilégiée. Cet enseignement, basé sur le latin et le grec, a pour objectif de former des hommes capables de raisonner. Quant aux filles, dont l’éducation est limitée au niveau primaire, elles sont scolarisées par les religieuses et apprennent avant tout à devenir de bonnes chrétiennes. D’ailleurs, c’est en 1880 que le secondaire pour les filles sera créé. Pourtant, Julie-Victoire Daubié est déjà persuadée que l’éducation des filles est une condition nécessaire pour leur émancipation. Elle affirme que les femmes ne sont pas intellectuellement inférieures par nature ; c’est parce qu’elles n’ont pas accès à l’éducation « qu’elles sont infériorisées ».

Portrait de Julie-Victoire Daubié, 1861. Photo de Pierre Petit conservée à la bibliothèque Marguerite Durand, Paris.

Julie-Victoire Daubié a cependant réussi à surpasser les obstacles institutionnels, en obtenant le « premier prix du concours de l’Académie des belles-lettres de Lyon », en 1859, pour son essai « La Femme pauvre au XIXe siècle ». Grâce à ce premier prix, elle attire la curiosité et obtient une certaine renommée qui, à son tour, a été un moteur pour son inscription au baccalauréat. Bien que diplômée depuis 1861, elle ne compte pas s’en arrêter là. Le baccalauréat était en effet juste une étape pour atteindre le véritable objectif de Julie-Victoire Daubié, c’est-à-dire l’ouverture des Universités pour les femmes et surtout le droit d’assister aux cours, en visant particulièrement la Sorbonne. Licenciée en 1871, il faudra attendre l’année suivante pour qu’une pétition prônant l’ouverture des amphithéâtres pour les femmes soient acceptées au sein de la Sorbonne.

Malgré cela, le secondaire féminin est créé seulement en 1880 et a pour but, avant tout, de façonner « des épouses et des futures mères de républicains », comme le souligne Amélie Puche, et le latin et le grec, si important pour devenir un homme de raison, n’est pas enseigné aux filles. C’est seulement en 1924 que filles et garçons ont commencé à suivre les mêmes programmes, un siècle après la naissance de la première bachelière. Et, cent ans plus tard, MEDIF s’efforce de mettre en lumière ces figures de femmes de sciences pionnières, encore peu reconnues jusqu’à aujourd’hui. 

MEDIF In vivo

Décembre 2023, le magazine du CHUV, In vivo, présente le projet MEDIF dans ses pages.

Après avoir présenter les grands enjeux du projet, aussi bien en terme d’élaboration du projet de médecine féminine porté collectivement par les premières femmes médecins, qu’en terme de diffusion de ce projet, notamment par le biais des manuels de santé; Amélie Puche revient sur la question de l’invisibilisation de ces femmes et de leur projet, invisibilisation à laquelle MEDIF tente de remédier en partie, principalement en mettant au jour les mécanismes de ce phénomène.

Enfin, une présentation de l’équipe et de ses partenaires est produite.

 

24 heures avec MEDIF

Le 11 septembre 2023 le quotidien vaudois “24 heures” part “À la rencontre des femmes médecins, pionnières puis évincées”. Le journaliste, Romaric Haddou, précise ensuite dans un sous-titre : “Des chercheurs démarrent un travail historique autour des femmes médecins, que la Suisse était presque seule à former, il y a cent ans, avant de les écarter.” https://www.24heures.ch/projet-de-recherche-au-chuv-a-la-rencontre-des-femmes-medecins-pionnieres-puis-evincees-721931015809

Dans un entretien avec Aude Fauvel, le journaliste revient sur l’avance présentée par la France et la Suisse en terme d’accès et de formation à la médecine pour les femmes. Des femmes souvent mobiles, traversant les frontières et se formant en fonction des opportunités offertes par chacun des pays. Cette mobilité dans les études est un moyen efficace pour former des réseaux, toujours actifs lors de l’entrée dans la carrière.

Les femmes médecins se pensent beaucoup en collectif, et c’est ainsi qu’elles développent un projet, celui de “médecine féminine”. Il s’agit là du cœur de MEDIF : comprendre et revisibiliser ce qu’était ce projet.

Le projet MEDIF relayé par le magazine Competence

Le 4 septembre 2023, le magazine des collaborateurs des hôpitaux, cliniques et institutions de soins en Suisse annonce le démarrage du projet MEDIF. https://competence.ch/fr/femmes-medecins-pionnieres-projet-de-recherche-finance-par-le-fns/

Titré, “Femmes médecins pionnières : projet de recherche financé par le FNS”, l’article expose tout d’abord les problématiques du projet, son financement et ses collaborateurs. Ensuite, il est souligné que la Suisse et la France sont des pays pionniers dans la formation médicale des femmes, expliquant les réseaux privilégiés créés, dès les années d’étude, par les étudiantes. L’article revient sur l’exemple de l’ophtalmologie, comme discipline médicale dans laquelle les femmes se sont révélées pionnières à la fin du XIXe siècle et au début du suivant, soulignant pourtant l’oubli/l’effacement de leur rôle, aussi bien auprès du grand public qu’au sein même de la discipline.

Enfin, l’article conclu sur la production d’une base de données à l’issue du projet MEDIF, utile aussi bien aux futurs chercheurs, qu’à rendre visibles de nouveau un certain nombre de pionnières.

MEDIF dans Femina

Le 1er septembre, jour de début du projet MEDIF, sort dans le magazine suisse Femina, un entretien de Aude Fauvel à la journaliste Fabienne Rosset. https://www.femina.ch/societe/actu-societe/la-dre-aude-fauvel-oeuvre-a-visibiliser-le-role-des-femmes-medecins

La journaliste titre : ” La Dre Aude Fauvel œuvre à visibiliser le rôle des femmes médecins : l’historienne de la médecine à l’Institut des humanités en médecine CHUV-UNIL lance un projet de recherche pour mettre en lumière les parcours oubliés de femmes médecins en Suisse. Inspirant.

Les questions portent aussi bien sur les femmes à l’université, que les médecins aujourd’hui ou encore sur l’invisibilisation du rôle des femmes en médecine et les archives permettant de leur rendre hommage. Tout cela constitue une ébauche du programme “débouchés : engagements publics de MEDIF”.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search