Ce que MEDIF doit aux recherches antérieures

Dans cet article, il ne s’agit pas de citer tous les chercheurs et tous les ouvrages qui ont amené à l’élaboration du projet MEDIF, la bibliographie étant déjà volumineuse. Non, cet article vise à remercier et mettre en avant les chercheuses et chercheurs ayant discuté avec les membres de l’équipe, ayant partagé leurs travaux avec nous, en bref, ayant apporté une pierre au projet MEDIF.

Couverture du numéro spécial de la Revue d’Histoire des sciences humaines accueillant l’article de Lucie Begert, Izel Demirbas et Aude Fauvel.

Lucie Begert et Izel Demirbas ont travaillé avec Aude Fauvel sur le groupe des étudiantes en médecine sur le territoire suisse ainsi que sur la cohorte des femmes-médecins pratiquant sur ce même territoire jusqu’en 1914. Elles ont produit des statistiques du phénomène de féminisation des facultés de médecine en Suisse entre 1867 et 1939, avant de suivre les parcours de certaines diplômées cherchant à s’installer en tant que praticiennes dans l’espace helvétique. Ainsi les obstacles rencontrés par ces femmes et les moyens de contournement mis en place pour poursuivre leur carrière ont pu être mis au jour. Les résultats de ces travaux ont été publiés dans deux articles en 2019 et 2021 ( Begert, L., Demirbas, I., Fauvel, A., « Terre promise ou terre interdite ? : La Suisse : l’eldorado ambigu des premières femmes médecins, 1867-1939 », Revue d’histoire des sciences humaines, 35, p. 59-96 : https://journals.openedition.org/rhsh/4076 ainsi que, Fauvel, A., Begert, L., Demirbas, I., « Quand la Suisse était «féministe» : une petite histoire de la féminisation de la médecine à la Belle Époque », Revue médicale suisse, 7/7442, p. 1246–1249 : https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2021/revue-medicale-suisse-744-2/quand-la-suisse-etait-feministe-une-petite-histoire-de-la-feminisation-de-la-medecine-a-la-belle-epoque)

Continuer la lecture de « Ce que MEDIF doit aux recherches antérieures »

MEDIF et Queer Attitudes rhabillent les femmes médecins

Queer Attitudes : images subversives et persistance des codes de la binarité féminine/masculine XXe-XXIe siècles est un projet de recherche porté par Elisabeth Fischer (HEAD Genève) et Magali Le Mens (Université Rennes 2) et mené au sein du centre Maurice Chalumeau en sciences des sexualités (CMCSS) à Genève. Ce projet étudie des images et allures qui subvertissent la binarité des genres, principalement dans les domaines de l’art et de la mode, depuis le XIXe siècle. https://www.unige.ch/cmcss/recherche/recherches/queer-attitudes

Or, les premières étudiantes en médecine et les premières femmes médecins, par le simple fait de sortir de la sphère privé pour l’univers très public – et très masculin – de la faculté et de la profession médicale, brouillent la frontière des sexes. De plus, la réussite dans les études de ces femmes pose la question de la nature de leur cerveau. Au XIXe siècle, il est considéré que seuls les cerveaux masculins abriteraient l’intelligence nécessaire à la compréhension de la science, donc à l’obtention des diplômes universitaires. Ainsi, une femme décrochant un doctorat de médecine devient, dans nombre de discours du temps, un être hybride entre l’homme et la femme, a minima une femme avec un cerveau d’homme, c’est-à-dire un troisième sexe.

Continuer la lecture de « MEDIF et Queer Attitudes rhabillent les femmes médecins »

Présentation de MEDIF lors de la première édition de la “journée des histoires”

L’atelier des histoires organisait, le 10 octobre 2023, la première édition de la “Journée des histoires”. Lors de cet évènement, une exposition de posters présentant les différents projets des historiens invités était organisée. Ainsi, un panneau présentant MEDIF, ainsi que d’autres projets de l’Institut des humanités en médecine (IHM) croisant les approches de la santé et du genre a été exposé.

Cette exposition, accueillie par les locaux de l’UNIL, a attiré une cinquantaine de personnes. Amélie Puche, Aude Fauvel et Rémy Amouroux ont pu apporter quelques explications sur MEDIF aux personnes curieuses d’en apprendre davantage sur le projet de “médecine féminine” porté par les premières femmes-médecins entre la France et la Suisse, sur une période comprise entre 1870 et 1940. Ce contact avec le public a permis de mesurer l’intérêt que suscite MEDIF auprès des historiens, des étudiants, mais aussi des quelques curieux qui s’étaient aventurés là. Une expérience des plus enrichissantes.

24 heures avec MEDIF

Le 11 septembre 2023 le quotidien vaudois “24 heures” part “À la rencontre des femmes médecins, pionnières puis évincées”. Le journaliste, Romaric Haddou, précise ensuite dans un sous-titre : “Des chercheurs démarrent un travail historique autour des femmes médecins, que la Suisse était presque seule à former, il y a cent ans, avant de les écarter.” https://www.24heures.ch/projet-de-recherche-au-chuv-a-la-rencontre-des-femmes-medecins-pionnieres-puis-evincees-721931015809

Dans un entretien avec Aude Fauvel, le journaliste revient sur l’avance présentée par la France et la Suisse en terme d’accès et de formation à la médecine pour les femmes. Des femmes souvent mobiles, traversant les frontières et se formant en fonction des opportunités offertes par chacun des pays. Cette mobilité dans les études est un moyen efficace pour former des réseaux, toujours actifs lors de l’entrée dans la carrière.

Les femmes médecins se pensent beaucoup en collectif, et c’est ainsi qu’elles développent un projet, celui de “médecine féminine”. Il s’agit là du cœur de MEDIF : comprendre et revisibiliser ce qu’était ce projet.

Le projet MEDIF relayé par le magazine Competence

Le 4 septembre 2023, le magazine des collaborateurs des hôpitaux, cliniques et institutions de soins en Suisse annonce le démarrage du projet MEDIF. https://competence.ch/fr/femmes-medecins-pionnieres-projet-de-recherche-finance-par-le-fns/

Titré, “Femmes médecins pionnières : projet de recherche financé par le FNS”, l’article expose tout d’abord les problématiques du projet, son financement et ses collaborateurs. Ensuite, il est souligné que la Suisse et la France sont des pays pionniers dans la formation médicale des femmes, expliquant les réseaux privilégiés créés, dès les années d’étude, par les étudiantes. L’article revient sur l’exemple de l’ophtalmologie, comme discipline médicale dans laquelle les femmes se sont révélées pionnières à la fin du XIXe siècle et au début du suivant, soulignant pourtant l’oubli/l’effacement de leur rôle, aussi bien auprès du grand public qu’au sein même de la discipline.

Enfin, l’article conclu sur la production d’une base de données à l’issue du projet MEDIF, utile aussi bien aux futurs chercheurs, qu’à rendre visibles de nouveau un certain nombre de pionnières.

MEDIF dans Femina

Le 1er septembre, jour de début du projet MEDIF, sort dans le magazine suisse Femina, un entretien de Aude Fauvel à la journaliste Fabienne Rosset. https://www.femina.ch/societe/actu-societe/la-dre-aude-fauvel-oeuvre-a-visibiliser-le-role-des-femmes-medecins

La journaliste titre : ” La Dre Aude Fauvel œuvre à visibiliser le rôle des femmes médecins : l’historienne de la médecine à l’Institut des humanités en médecine CHUV-UNIL lance un projet de recherche pour mettre en lumière les parcours oubliés de femmes médecins en Suisse. Inspirant.

Les questions portent aussi bien sur les femmes à l’université, que les médecins aujourd’hui ou encore sur l’invisibilisation du rôle des femmes en médecine et les archives permettant de leur rendre hommage. Tout cela constitue une ébauche du programme “débouchés : engagements publics de MEDIF”.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search