MEDIF à la radio

Le 26 mars dernier, nous fêtions le bicentenaire de la pionnière Julie-Victoire Daubié (1824-1874), première bachelière en France en 1861, et, première licenciée de lettres en 1871. A cette occasion, Amélie Puche, post-doctorante et responsable de recherche au sein du projet FNS MEDIF, s’est exprimée à l’antenne de la RCF. 

Existant depuis une cinquantaine d’années à cette époque, le baccalauréat moderne est destiné à une population masculine privilégiée. Cet enseignement, basé sur le latin et le grec, a pour objectif de former des hommes capables de raisonner. Quant aux filles, dont l’éducation est limitée au niveau primaire, elles sont scolarisées par les religieuses et apprennent avant tout à devenir de bonnes chrétiennes. D’ailleurs, c’est en 1880 que le secondaire pour les filles sera créé. Pourtant, Julie-Victoire Daubié est déjà persuadée que l’éducation des filles est une condition nécessaire pour leur émancipation. Elle affirme que les femmes ne sont pas intellectuellement inférieures par nature ; c’est parce qu’elles n’ont pas accès à l’éducation « qu’elles sont infériorisées ».

Portrait de Julie-Victoire Daubié, 1861. Photo de Pierre Petit conservée à la bibliothèque Marguerite Durand, Paris.

Julie-Victoire Daubié a cependant réussi à surpasser les obstacles institutionnels, en obtenant le « premier prix du concours de l’Académie des belles-lettres de Lyon », en 1859, pour son essai « La Femme pauvre au XIXe siècle ». Grâce à ce premier prix, elle attire la curiosité et obtient une certaine renommée qui, à son tour, a été un moteur pour son inscription au baccalauréat. Bien que diplômée depuis 1861, elle ne compte pas s’en arrêter là. Le baccalauréat était en effet juste une étape pour atteindre le véritable objectif de Julie-Victoire Daubié, c’est-à-dire l’ouverture des Universités pour les femmes et surtout le droit d’assister aux cours, en visant particulièrement la Sorbonne. Licenciée en 1871, il faudra attendre l’année suivante pour qu’une pétition prônant l’ouverture des amphithéâtres pour les femmes soient acceptées au sein de la Sorbonne.

Malgré cela, le secondaire féminin est créé seulement en 1880 et a pour but, avant tout, de façonner « des épouses et des futures mères de républicains », comme le souligne Amélie Puche, et le latin et le grec, si important pour devenir un homme de raison, n’est pas enseigné aux filles. C’est seulement en 1924 que filles et garçons ont commencé à suivre les mêmes programmes, un siècle après la naissance de la première bachelière. Et, cent ans plus tard, MEDIF s’efforce de mettre en lumière ces figures de femmes de sciences pionnières, encore peu reconnues jusqu’à aujourd’hui. 

Savoirs produits par les femmes : une première communication pour MEDIF

Les 20 et 21 juin 2024 l’équipe MEDIF au grand complet participe au colloque “Penser, définir, classifier les révolté·es : production et circulation de savoirs autour de révoltes réprimées au XIXe siècle.”

Lors de cette journée, nous présentons, accompagnés de notre collègue Ali Alrifae, un panel intitulé “Savoirs produits par les femmes : entre révoltes, négociations et compromis. L’exemple de la médecine en France et en Suisse dans la seconde moitié du XIXe siècle.”

4 communications sont prévues, modérées par Aude Fauvel et Rémy Amouroux. Amélie Puche présente “S’imposer comme étudiante de médecine puis médecin en France (1866-1914)“. Mikhaël Moreau prend la suite directe de cette intervention pour mentionner “Le « féminisme médical » en Suisse selon les femmes et… les hommes (1867-1914)“. Alix Vogel dresse ensuite le portrait tout en nuance de “Marthe Francillon-Lobre (1873-1956) : contributions et stratégies d’une « pionnière conservatrice »“. Ali Arifae change d’aire géographique pour étudier “S’organiser face à la réglementation inégalitaire des professions médicales et à la politique colonialiste : le cas des soignantes en Syrie et au Liban, des années 1860 au mandat français (1920)“.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search