L’équipe

Aude Fauvel est maître d’enseignement et de recherche en histoire de la médecine. Ses travaux portent sur l’histoire de la psychiatrie, de la médecine légale et de la sexualité, étudiés notamment au prisme d’une perspective « par le bas ». Ses recherches visent à comprendre comment des populations décrites comme « subalternes » et dominées par le « pouvoir » médical ont pu, sous certaines conditions, agir sur l’évolution des théories et des pratiques de santé. Dans la lignée de cette problématique, elle a d’abord produit de nombreux travaux sur le rôle des patients dans l’histoire psychiatrique, avant de se tourner vers une autre catégorie d’acteurs classiquement absente des récits sur le « progrès » médical : les femmes. Elle a ainsi étudié la façon dont des usagères ont critiqué les théories médicales sur le « sexe faible » et promu de nouvelles perspectives. Concernant les femmes médecins, Aude Fauvel a coordonné un numéro sur les « Carrières de femmes » (Carrières de femmes, Revue d’histoire des sciences humaines, n° 35, 2019), où, outre un article programmatique (Fauvel et al, « Les carrières de femmes dans les sciences humaines et sociales (XIXe-XXe siècles) : une histoire invisible ? »), elle a publié les résultats d’une recherche sur la féminisation des Facultés médicales suisses menée avec deux de ses étudiantes (Begert at al, « Terre promise ou terre interdite ? La Suisse : l’eldorado ambigu des premières femmes médecins, 1867-1939 »). Aude Fauvel a par ailleurs articulé son travail de recherche à des projets collectifs visant à valoriser les femmes scientifiques et, plus largement, à promouvoir le développement des études genre appliquées aux sciences.

Rémy Amouroux est Professeur associé à l’Institut de psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne, où il cumule les fonctions de psychologue clinicien et d’historien de la psychologie. Sur ce volet, sa recherche porte sur les acteurs.rices et sur les théories qui ont été écarté.e.s des récits historiques sur la psychologie et examine pourquoi des conceptions sur le fonctionnement du psychisme ont été intégrées dans le corps de cette discipline dans certains contextes, mais pas dans d’autres. Récipiendaire d’une bourse de la Bibliothèque nationale de France (2005-08), il a pu, dans le cadre de sa thèse, effectuer une cartographie pionnière des fonds que Marie Bonaparte y a légués. Ce travail l’a conduit à réaliser combien les femmes de science étaient visées par des jugements de valeur. En tant que femme, Princesse et amatrice, Bonaparte a été peu prise au sérieux. Or, si l’on prend la peine de contextualiser son œuvre, on s’aperçoit qu’elle est beaucoup plus riche qu’on ne l’a dit. Bonaparte n’est pas seulement une actrice de la psychanalyse, elle a tenu une place centrale dans les sociabilités médicales, savantes et littéraires de son époque. Fort de ces résultats, il a depuis poursuivi son enquête (Marie Bonaparte : entre biologie et Freudisme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012). Il s’intéresse aussi, plus généralement, aux trajectoires de savantes qui ont été négligées par les historien.nes en raison de statuts professionnels marginaux et/ou de positions théoriques hétérodoxes (« Anne Berman (1889–1979), une ‘simple secrétaire’ du mouvement psychanalytique français ? », Gesnerus, 73 (2), p. 360-375.).

Outre la co-direction du projet et des deux thèses en cours, Aude Fauvel et Rémy Amouroux s’intéresseront à l’agnotologie des femmes en médecine. Cette grille de lecture permet en effet de mieux appréhender la façon dont le rôle des femmes a été dévalorisé dans les comptes-rendus savants et les récits sur le « progrès » scientifique. L’objectif sera d’examiner ce que les doctoresses de France et de Suisse ont dit de ces dévalorisations et quelles réponses elles ont voulu y apporter.

Amélie Puche est post-doctorante sur le projet MEDIF depuis septembre 2023. Elle a soutenu une thèse sur l’histoire de la féminisation des universités françaises à l’Université d’Arras en 2020. Dans cette enquête, elle a reconstitué les statistiques estudiantines de toutes les universités de France de 1870 à 1940 et s’est en particulier intéressée au cas des Facultés médicales. Outre des données numériques sur les étudiantes de médecine, elle a montré combien il était important d’étudier cette catégorie pour comprendre quelle place la France a accepté (ou pas) d’accorder aux femmes dans la sphère publique, les doctoresses ayant focalisé, en positif, toutes les attentes des féministes et, en négatif, toutes les critiques de leurs détracteurs. Elle a également montré le devenir de certaines des diplômées du supérieur, notamment dans les professions juridiques et médicales. Elle a ainsi pu dénombrer les femmes-médecins en France, montrer leurs spécialisations et leurs possibilités de carrière. En 2021, cette thèse a été récompensée par le prix scientifique des éditions L’Harmattan, où elle a été publiée (Les femmes à la conquête de l’université 1870-1940, L’Harmattan, 2022). Au sein de MEDIF, Amélie Puche examinera comment les femmes ont présenté le projet de « médecine féminine » auprès du public, en s’intéressant au corpus des manuels de santé écrits par les femmes et pour les femmes. Outre la recension des titres, autrices, maisons d’édition et rééditions, une analyse des contenus et leur évolution ainsi que des thèmes traités sera effectuée.

Mikhaël Moreau est doctorant FNS sur MEDIF depuis janvier 2024. Moderniste de formation, son mémoire de maîtrise, soutenu à l’UNIGE en 2018, inscrit l’histoire des prisons genevoises dans le mouvement de spécialisation des institutions d’enfermement à l’époque des Lumières. Entre 2018 et 2022 il est engagé comme collaborateur scientifique FNS au sein du PNR 76 « assistance et coercition », sur le volet expertise psychiatrique légale en Suisse romande entre 1940 et 1985. Il étudie alors la production normative des discours médicolégaux à l’égard d’hommes diagnostiqués psychopathes, la relation qu’entretient ce diagnostic avec des considérations genrées et les normes de masculinités en vigueur, ainsi que ses impacts sur les trajectoires institutionnelles et de vie des concernés. En 2023, à l’occasion des 150 ans de l’Hôpital psychiatrique de Cery, il est nommé chargé de recherche à l’IHM. Il aborde les reconfigurations institutionnelles et les impacts des mutations de la psychiatrie vaudoise sur l’organisation et les fonctions de l’hôpital dès 1945. Pour MEDIF, Mikhaël Moreau produira une thèse sur les stratégies d’alliances des doctoresses et les réseaux professionnels franco-suisses que les premières doctoresses ont tissé pour favoriser le développement de leurs carrières. Car les obstacles à l’entrée du monde professionnel sont nombreux, amenant à la création de coalitions, les doctoresses se soutenant dans leurs efforts pour trouver du travail.

Alix Vogel est doctorante FNS en humanités et sciences sociales de la médecine et de la santé au sein de la Faculté de psychologie de l’UNIL et de l’Institut des humanités en médecine, rattachée au projet MEDIF depuis janvier 2024. Elle est diplômée d’un Master en science politique de l’Université de Lausanne. Dans le cadre de son travail de mémoire intitulé « Sociétés cantonales de sciences naturelles : un développement et des élites contrastés – du XVIIIe siècle à 1930 », elle a pu constater, à l’aide d’une analyse prosopographique, que, même si les femmes commencent à être acceptées en tant que membres entre 1890 et le début du XXe siècle, elles sont exclues des fonctions dirigeantes. Forte de ce constat, elle pourra approfondir, durant les quatre années de sa thèse, ses recherches sur les femmes de science grâce à l’étude d’un autre réseau : celui des premières femmes menant des travaux sur la sexualité féminine. Le travail d’Alix Vogel analysera comment des femmes ont concrètement défini, en acte, des protocoles de recherche en « médecine féminine », en suivant un groupe d’étude de sexologie missionné par la Princesse Marie Bonaparte (1882-1962) et qui a mobilisé un collectif de femmes entre la France et la Suisse pendant deux décennies (des années 1920 à 1940). Il s’agira, outre d’identifier les femmes menant ces enquêtes, d’étudier leurs méthodes et les rapports produits afin de mettre en exergue la vision de ces pionnières sur la sexualité féminine.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search