Projet MEDIF

La « médecine féminine » (MEDIF). Une histoire des premières femmes médecins et de leur contribution à l’innovation médicale entre la Suisse francophone et la France, 1867-1939

Ce projet est financé par le fonds national suisse pour quatre années (septembre 2023- septembre 2027). https://data.snf.ch/grants/grant/215100

Il a pour but d’examiner ce que les premières femmes médecins suisses francophones et françaises ont collectivement apporté à l’évolution des cadres théoriques et pratiques de la médecine. Par premières, nous entendons celles qui ont appartenu à la cohorte des pionnières, c’est-à-dire celles qui ont été formées dans la vague de féminisation médicale spécifiquement franco-suisse d’avant 1914 et qui ont terminé leurs carrières dans l’entre-deux-guerres. En effet, des années 1870 jusqu’à 1914, la majorité des femmes qui voulaient devenir médecins ont fait leurs études en Suisse et en France, ces deux pays étant alors les seuls au monde à ouvrir largement les portes de leurs Facultés médicales aux étudiantes. Toutefois, s’il est relativement connu que la Suisse et la France ont joué un rôle crucial dans l’essor d’une médecine portée par des femmes au plan international, on en sait paradoxalement moins sur l’influence que cette féminisation a eue au niveau local, entre ces deux pays.
L’objet de MEDIF est de participer à combler cette lacune, en étudiant les ambitions communes et les activités partagées des premières femmes médecins de Suisse et de France. Il s’agira, pour ce faire, d’élucider la nature de leur projet de « médecine féminine », une expression qui a été diffusée par les Françaises et les Suissesses francophones, et dont le sens et la portée n’ont encore jamais été étudiées.
MEDIF abordera cet objectif en développant 4 enquêtes. La première cherchera à comprendre pourquoi les réalisations de la « médecine féminine » ont été oubliées, en décryptant les mécanismes d’invisibilisation du savoir produit par les femmes médecins et les réponses qu’elles ont tentées d’y apporter. La seconde visera à identifier les réseaux professionnels noués par les doctoresses suisses et françaises, en s’intéressant à leurs associations et en établissant une cartographie des parcours de carrière transnationaux entre la France et la Suisse. La troisième analysera un exemple d’incarnation de la « médecine féminine » en explorant le développement et la réception des recherches qu’un collectif de femmes financées par Marie Bonaparte (1882-1962) a menées sur la sexualité féminine. Enfin, la quatrième étude produira une analyse du genre des manuels de santé, qui fut un lieu central d’élaboration et de diffusion des messages de « médecine féminine ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search